Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Réseau FAR

01
Avr
2021

Cycle “Formation continue des producteurs”

La formation agricole et rurale en direction des agriculteurs en activité : nouveaux enjeux, nouvelles méthodes ? Telle est la problématique soulevée par le réseau FAR dans le cycle thématique “Formation des producteurs” initiée en 2020. Des premières analyses ont été partagées lors d’un webinaire le 11 mars dernier, rassemblant un riche panel d’acteurs de la formation agricole et rurale dans les pays membres du réseau (État, recherche, société civile, etc.). La réflexion va se poursuivre avec la création d’une communauté de pratiques transnationale, que les formateurs et directeurs de centre FAR sont invités à rejoindre, et un séminaire international en octobre 2021.

Le système de formation agricole et rurale touche très peu les agriculteurs familiaux. Tel était le constat partagé il y a quinze ans lors du séminaire de Ouagadougou sur la formation de masse en milieu rural. Quinze ans plus tard, où en est-on ? Les freins et les leviers au développement de la formation des agriculteurs sont-ils les mêmes aujourd’hui qu’il y a 20 ans ? Quels sont les nouveaux enjeux pour le développement de dispositifs de formation agricole et rurale et de politiques publiques qui favorisent l’accès des formations au plus grand nombre ?

Un webinaire sur la formation des agriculteurs

Un atelier d’échange autour des pratiques de formation des agriculteurs en Afrique s’est déroulé à distance mercredi 11 mars. Il a réuni plus d’une cinquantaine d’acteurs, parties prenantes de la formation agricole et rurale dans les pays membres du réseau (État, recherche, société civile, etc.) pour partager les premières analyses de l’étude de capitalisation menée par le bureau d’étude associatif IRAM et enrichir les expériences.

L’IRAM a réalisé une première étape de recensement d’initiatives. A présent, nous cherchons à mobiliser les “pays” pour améliorer les études de cas. Nous nous retrouverons en octobre à l’occasion de l’atelier international. Nous pourrons sortir de là avec un recensement de ce qui se passe dans les pays. Et c’est alors là que la notion de bonnes ou mauvaises pratiques prendra son sens. Cette étude est donc une étape dans un processus plus large. / Pierre-Blaise Ango, président du Réseau FAR.

L’expertise menée par l’IRAM auprès d’acteurs de la formation des producteurs a permis l’analyse descriptive de quatre initiatives (la formation des agents vétérinaires/Veterimed à Haïti, De ferme en ferme/CIVAM en France, la formation agricole participative/ESSOR au Brésil et Cap-Vert, le CEFFEL/Fifata-Fert à Madagascar). Ces premières analyses soulève les points suivants :

  • Des difficultés à penser l’offre de formation en articulation avec les autres politiques et enjeux du développement agricole et rural ;
  • Derrière le terme de formation, une diversité d’expériences et dispositifs : les objectifs vont de l’apprentissage de techniques visant l’intensification ou la diversification de la production à des conseils «stratégiques», visant une prise de décision éclairée de la part des agriculteurs sur les choix et modes de production ; des approches méthodologiques qui privilégient la relation individuelle formateur/agriculteur à des démarches qui s’appuient essentiellement sur le collectif ;
  • Les processus de construction de l’offre de formation, avec des démarches portées par une diversité d’acteurs : initiatives locales, collectives, avec un soutien externe, etc. ;
  • Une participation des agriculteurs à la mise en œuvre de la formation, sa gouvernance et son économie, qui est fonction du degré de structuration du monde agricole et rural ;
  • Le développement de dispositifs de «relais» de formation constitue une stratégie pertinente de développement de la formation à grande échelle ;
  • Des difficultés pour étendre l’offre de formation lorsque celle-ci n’est pas soutenue et intégrée à une politique publique, qui garantit à la fois le cadre de sa mise en œuvre, la qualité de l’offre et son financement.

Des témoignages d’acteurs impliqués sur la formation continue (réseau MFR, Terre et humanisme, CEFFEL, Afop..) ont enrichi les échanges. Ce repérage des initiatives des pratiques de formation des producteurs se poursuit. Un rapport final de cet état des lieux sera disponible en mai.

Une communauté de pratiques en création

Parallèlement à cette expertise menée par l’IRAM, le réseau FAR cherche à constituer une communauté de pratiques « Formation des agriculteurs » réunissant des formateurs et directeurs de centres de formation agricole pour permettre le rapprochement entre l’apprentissage (savoir) et l’action (faire).

L’objectif est de réunir des personnes intéressés par l’échange sur les pratiques de formation des agriculteurs (dans un premier temps) et par la mise en œuvre de démarches, méthodes et outils originaux, innovants, de formation à destination des agriculteurs en activité sur le territoire proche.

Animée par le réseau FAR, sa participation sera libre et volontaire. Voici les grandes étapes envisagées :

  • Apprendre à mieux à se connaître (avril-juin)
  • Identifier collectivement des besoins (juin)
  • Formaliser des diagnostics de situation (septembre)
  • Partager ses expériences lors du séminaire international (octobre)

Pour rejoindre la communauté de pratiques « Formation des agriculteurs », merci de contacter Nabil Hasnaoui Amri (nabil.hasnaoui@reseau-far.com ou +33 4 67 61 70 29).

Un séminaire international sur la formation continue des agriculteurs

Temps fort du réseau, un séminaire international aura lieu les 18 et 19 octobre 2021 (lieu à confirmer) sur cette thématique.

L’objectif principal de ce séminaire est d’identifier les facteurs clés et conditions du développement d’une offre de formation adressée aux agriculteurs qui soit de qualité, à grande échelle et qui s’inscrive dans la durée. Le réseau FAR souhaite interroger l’implication des producteurs dans l’émergence, la mise en œuvre, et la gouvernance des dispositifs de formation. Les principaux sujets traités seront la gouvernance, l’économie et la didactique de la formation continue des agriculteurs

Ouvert aux personnels du secteur public (Partenaires techniques et financiers multilatéraux, Ministères, Collectivités locales, Centres de formation, enseignants, formateurs, etc.) et privé (ONG, Organismes et centres de formation, Organisations professionnelles agricoles, programmes et projets de formation et/ou d’appui-conseil, etc.) intéressés et/ou en charge de formation agricole initiale et continue, le séminaire sera l’occasion de :

  • dresser un bref historique comparé des pratiques de formation des agriculteurs au Sud ;
  • présenter des expériences innovantes de formation en cours, portées par des centres de formation, des organisations agricoles, des ONG ou encore des territoires (collectivités locales) ;
  • partager des outils et méthodes permettant d’améliorer les pratiques de formation et leur impact (adéquation aux préoccupations rencontrées ; nombre de bénéficiaires ; durabilité) ;
  • esquisser des pistes d’évolution des pratiques de formation, en interrogeant en interrogeant la place du numérique, l’intégration de l’agroécologie et plus largement le renforcement des capacités de résilience des agriculteurs.

 

Leave a Reply

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...