Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Réseau FAR

07
Déc
2021

Côte d’Ivoire / Programme Pilote de Formation aux Métiers Agricoles

[Retours d’expériences pratiques de formation des producteurs et productrices en activité] Cette initiative menée par le FIRCA entre 2017 et 2019 vise à développer la formation aux métiers agricoles pour mieux soutenir la professionnalisation des producteurs et productrices, et la modernisation des exploitations agricoles. Cette expérience illustre plus particulièrement les mécanismes de financement d’un dispositif de formation.
Cette expérience a été présentée lors du séminaire international « Investir dans la formation des producteurs & productrices : c’est construire l’avenir ! », Sénégal, 2021. Elle est l'une des 23 expériences de formation de producteurs et productrices en Afrique qui ont nourri le séminaire. Toutes les expériences

Dans quel contexte s’est développée l’expérience ?

L’agriculture demeure la base de l’économie ivoirienne et représente environ 20% du PIB. Elle a largement contribué à l’essor de l’économie ivoirienne et continue d’en constituer la clé de voûte de la modernisation de notre pays.

Au delà de son rôle économique, l’agriculture a contribué à faire de la Côte d’Ivoire une mosaïque de terroirs agricoles, caractérisés chacun par sa propre façon d’associer les différentes productions (industrielles, vivrières, élevage, maraîchère, fruitière, horticole, forestière, etc.). Cette diversité se prolonge à travers les différents types d’exploitations : grandes fermes ou plantations mécanisées, petites exploitations familiales de polyculture-élevage, exploitations ouvertes à l’innovation, appartenant à des cadres de la ville. Ce développement de l’agriculture a été accompagné par l’émergence de nouveaux acteurs spécialisés. Ces différents intervenants dans le secteur agricole, dont les activités sont considérées comme métiers, ont pour la plupart appris leur métier sur le tas et maîtrisent peu ou pas les exigences de leurs activités quotidiennes.

C’est pourquoi, en plus du programme d’assistance technique aux planteurs que le FIRCA réalise au profit des filières agricoles, la nécessité de mettre en place un système formel de formation à travers la création de centres pilotes de formation aux métiers agricoles s’est imposée. Ce dispositif permettra, à terme, de disposer d’un vivier d’acteurs compétents, à même d’améliorer le niveau de production et de productivité agricoles de notre pays.

Quels sont les constats de départ ?

Plusieurs raisons ont conduit à développer cette initiative :

  • une méconnaissance des métiers majeurs des filières agricoles ;
  • l’inexistence de référentiels de formation aux métiers majeurs des filières agricoles ;
  • la non-uniformité des agencements des parcours de formation, en lien avec les compétences à mobiliser et le cursus pédagogique ;
  • la vétusté des dispositifs de formation professionnelle agricole ;
  • le délabrement des infrastructures de formation agricole ;
  • l’absence d’aires de pratique dans certains centres, notamment les fermes d’application et de production ;
  • des aires de pratiques non adaptées.

Quelle est la zone d’intervention de l’expérience ?

  • Ferme agro pastorale de l’École Supérieure d’Agronomie de Yamoussoukro, pour des formations sur les productions de culture pérenne et les ressources animales, halieutiques et d’élevage
  • Centres de formation de l’ANADER Kotobi, Gagnoa, pour la formation des agriculteurs sur les productions pérennes (café, cacao, hévéa, palmier à huile) et vivrières (riz, banane, et autres)
  • École de Spécialisation en Pisciculture et Pêche en Eaux Continentales (ESPPEC) Tiebissou
  • Centre d’Apprentissage, de Perfectionnement et de Production de Bingerville (INFPA), pour les formations portant sur les ressources animales, halieutiques et d’élevage

Quels sont les objectifs visés ?

Le projet vise à développer la formation aux métiers agricoles pour mieux soutenir la professionnalisation des producteurs et la modernisation des exploitations agricoles à travers :

  • des offres de formation adaptées et qui renforcent leur professionnalisation ;
  • le soutien à la modernisation des exploitations agricoles ;
  • le renforcement des capacités pédagogiques des institutions de formation agricole, pour mieux assurer la formation aux métiers agricoles ;
  • l’amélioration de la gestion technico-économique des exploitations agricoles.

Pour y arriver, la cible a été constituée de :

  • exploitants agricoles en situation de travail ;
  • repreneurs d’actifs agricoles familiaux, des jeunes pour la plupart, qui, du fait du départ prochain à la retraite de leurs parents, décident de reprendre les actifs agricoles familiaux ;
  • les organisations professionnels agricoles ;
  • les jeunes déscolarisés ou des travailleurs à la retraite désirant mener des activités agricoles ;
  • les femmes actives dans le secteur agricole et leurs coopératives.

Quels étaient les acteurs principaux et leurs rôles ?

  • Partenaires financiers du programme : FIRCA (Filières Agricoles et Etat de Côte d’Ivoire)
  • Maîtres d’ouvrage : Filières Agricoles de Côte d’Ivoire
  • Maître d’ouvrage Délégué : FIRCA le financement du programme de formation et le suivi de sa mise en œuvre
  • Comité de pilotage : FIRCA/Filières agricoles/institutions de formation agricole, pour la validation des besoins annuels et le budget y afférent
  • Maître d’œuvre ou Agences d’exécution : Institutions de formation agricole, pour la réalisation des formations validées ou pour servir d’appui logistique, si le domaine de formation n’est pas de leur compétence
  • Cibles/ Bénéficiaires des formations : Populations de producteurs, Organisations professionnels agricoles, pour l’identification et la validation des besoins en formation de leurs filières
  • Partenaires Institutionnels : Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) / Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH), avec pour rôle de définir les niveaux d’acteurs à renforcer, en terme de compétences

Pouvez-vous décrire succinctement les principales activités menées ?

  • La réalisation d’un audit organisationnel des institutions de formation professionnelle agricole de Côte d’Ivoire, pour évaluer les infrastructures de formation, connaître leur organisation, identifier leurs ressources humaines et évaluer leurs forces et faiblesses ;
  • L’organisation d’un atelier de réflexion avec les filières agricoles, sur l’importance des centres pilotes de formation professionnelles, pour mieux assurer le renforcement des capacités et la professionnalisation des producteurs et de leurs organisations ;
  • L’organisation d’un voyage d’études en Tunisie, France et Bénin, pour s’imprégner de leurs expériences en matière d’organisation, de fonctionnement et de financement des centres de formation aux métiers agricoles ;
  • La conduite d’une étude de faisabilité, nécessaire à l’implantation effective des centres pilotes de formation et à leur fonctionnement optimum ;
  • L’organisation des rencontres de sensibilisation des filières agricoles, des chambres consulaires et des assemblées de districts et des régions de Côte d’Ivoire ;
  • La formation des formateurs des institutions de formation agricoles, à l’utilisation des documents techniques élaborés (Répertoire des emplois/métiers, référentiels de compétences, référentiels de formation et guide pédagogique) dans le processus de mise en formation.

Comment ont été identifiés les besoins en formation ?

La formation aux métiers agricoles a mis au cœur de son processus l’exploitant et son organisation. L’identification des besoins en formation s’est faite par deux voies :

  • La première voie passe par les filières agricoles organisées qui expriment leurs besoins de formation au FIRCA, à travers leurs organisations professionnelles et groupements agricoles ;
  • La seconde voie, qui a été celle la plus usitée, passe par les demandes qui sont recensées par une personne ressource dans les centres. Ainsi, les besoins en formation provenant des préoccupations des régions et des filières non organisées sont transmis aux structures de formation du programme, qui en font une analyse et une synthèse des besoins, en relation avec nos partenaires institutionnels que sont les Directeurs Régionaux des ministères en charge de l’agriculture et des ressources animales (MINADER et MIRAH) et transmis chaque année (septembre/octobre) à la coordination du projet au FIRCA.

Une seconde analyse et une synthèse des besoins de formation de toutes les régions est faite avant de les transmettre au Comité de Pilotage du programme, pour un arbitrage, en vue de la prise de décision relative aux formations à prévoir et à planifier, en fonction du budget disponible, en année N+1.

Ces besoins finaux sont inscrits dans le Programme Annuel d’Activités (PAA) du FIRCA, pour être financés et exécutés.

Comment est financée cette expérience ?

Le budget du programme de formation aux métiers agricoles s’élève à 717 194 910 FCFA et se répartit comme suit :

  • Contribution des filières agricoles au travers de leur guichet ” Conseil/Formation” au FIRCA : 253 016 182 FCFA
  • Guichet “Solidarité du FIRCA ” : 339 319 407 FCFA
  • Guichet ” Appui Programmes ” du FIRCA : 124 859 321 FCFA

Les dépenses du budget du programme s’est établi comme suit :

  • Investissement : 345 433 624 FCFA
  • Fonctionnement : 371 761 286 FCFA

Comment est prise en compte l’agroécologie dans les activités ?

Des formations ciblées sur l’utilisation du compost ont été dispensées sur les 3 années du programme.
De même, des sessions entières ont été consacrées à ces problématiques, notamment :

  • prophylaxie sanitaire et médicale et l’application de la biodiversité dans les élevages ;
  • protection phytosanitaire et biologique des cultures maraîchères.

Des thématiques telle que la gestion de l’environnement dans la cacaoculture ont été également mises en exergue.

Quels sont les principaux conseils que vous donneriez pour mener une expérience telle que celle décrite ?

  1. Mettre le producteur au cœur de l’action de formation, notamment l’identification du besoin. Cette identification doit se faire de façon participative et non imposée
  2. Éviter la gratuité de la prise en charge pour les producteurs, afin de leur faire prendre conscience que la formation est un investissement qu’ils doivent capitaliser (éloigner d’eux l’esprit d’éternels assistés)
  3. Rechercher avant l’entame d’un tel projet, les financements pour la pérennisation

 

Support de présentation

 



Djatin Edmond AYEMOU, Chef de l’Unité de
Financement Agricole,
FIRCA
ayemou@firca.ci

Leave a Reply

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...