Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Réseau FAR

06
Mai
2021

Togo / Des Centres de Formation Agricole et Rurale qui s’organisent

L’APCFAR (Association Professionnelle des Centres de Formation Agricole et Rurale) est désormais un acteur qui compte dans le paysage togolais de la formation agricole et rurale. En cinq ans, cette association qui regroupe 57 centres publics et privés a réussi à développer des partenariats stratégiques et à mutualiser ses moyens et ses compétences. Emmanuel AZIABA, président de l’association, et Véronique Dansou, animatrice de l’APCFAR, nous présentent cette structure qui cherche à redynamiser la formation agricole et rurale par les innovations.

Pourquoi ce réseau (APCFAR) est né ?

Face aux défis de croissances politique, sociale et économique auxquels font face les populations togolaises, dans leur grande majorité et surtout les jeunes et les femmes, l’État togolais s’est engagé dans un vaste programme de développement ambitieux basé sur la vision du Chef de l’État de faire du Togo un pays émergeant d’ici l’an 2030. Ce programme s’est traduit dans les faits à travers l’élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance Accélérée de Promotion de l’Emploi (SCAPE) et du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA), en particulier pour le secteur agricole. Ainsi l’environnement des affaires est-il amélioré pour promouvoir l’entreprenariat et la création d’emplois surtout pour les femmes et les jeunes. Cette mutation a créé des besoins et des opportunités, notamment dans le secteur de l’agriculture, premier pourvoyeur d’emplois.

Les centres de formation agricole et rurale, acteurs de l’accompagnement des femmes et jeunes en matière de formation sont interpellés. Mais force est de constater que les centres de formation agricole et rurale existants travaillent en rang dispersé et peinent à faire face aux nombreux défis de fonctionnement, de mobilisation des ressources et de financement de leurs programmes respectifs.

Conscients de cette atmosphère, certains centres de formation œuvrant dans le secteur agricole se sont organisés en une association dénommée Association Professionnelle des Centres de Formation Agricole et Rurale (APCFAR) pour mettre en commun leur potentialité en vue d’exploiter les opportunités existantes, renforcer leur capacité pour mieux défendre leurs intérêts et les représenter auprès de leurs partenaires publics et privés. Et aussi à travers des actions de promotion d’une formation professionnelle agricole et rurale, assurer le développement d’une agriculture durable respectueuse de l’environnement.

Quand et comment est né le réseau ?

L’Association Professionnelle des Centres de Formation Agricole et Rurale (APCFAR) est créée le 17 octobre 2015 au Centre CIDAP dans la préfecture de Doufelgou dans la Région de la Kara au nord du Togo. L’APCFAR regroupe aussi bien les centres publics que privés.

Elle a été créée sous l’impulsion des Directions ministérielles de la formation (DFDTOPA du ministère de l’agriculture et DFPA du ministère de l’enseignement technique) et de la GIZ-EFTPA.

Qui sont ses membres ?

Les membres de l’APCFAR sont exclusivement les Centres de formation agricole et rurale (CFAR).

Qu’est-ce que le réseau a changé dans son pays ?

L’APCFAR progressivement se positionne comme interlocuteur dans le domaine de la FAR au Togo.

  • Contribution de l’APCFAR à l’élaboration des documents pour la formation sur le métier de maintenancier des machines et équipements agricoles en langue locale Kabyè ;
  • Participation de l’APCFAR à la sélection des institutions/organisations pour la mise en œuvre de l’approche « Synergie Genre et Agrobusiness (SyGAb) de la GIZ-EFTPA_Femme au Togo ;
  • Mise en relation des différents acteurs de la FAR ;
  • Canal d’informations et d’orientation vers les CFAR et les apprenants/sortants.

Quel bilan tirez-vous de ces cinq ans d’existence ?

L’APCFAR regroupe actuellement 57 CFAR (40 à sa création). Outre l’augmentation du nombre d’établissements, nous pouvons citer comme éléments marquants :

Sur le plan institutionnel et de la communication :

  • Une reconnaissance officielle de l’APCFAR depuis 2020.
  • Des moyens humains et logistiques accrus : recrutement d’une animatrice depuis 2020, bureaux et salle de réunion à l’INFA de Tové…
  • Un élargissement des partenariats : Ministère de l’Agriculture, de l’élevage et du développement rural (MAEDR) à travers la DFDTOPA et le projet SAFARI ; Ministère en charge de la formation professionnelle à travers la DFPA ; participation à différents projets tels que EFTPA (Enseignement et Formation Technique et Professionnelle Agricole), ProFoPEJ (Programme de formation professionnelle et emploi des jeunes), PNPER (Projet national de promotion de l’entreprenariat rural), FAIEJ (Fonds d’Appui aux Initiatives Économiques des Jeunes), PAIEJ SP (Projet d’appui à l’employabilité et à l’insertion des jeunes dans les Secteurs porteurs)… ; Réseau FAR.
  • Une visibilité de l’APCFAR par ses participations actives à de plusieurs ateliers et rencontres d’échanges organisés par les différents partenaires et aussi à certaines rencontres de prise de décisions.

Sur le plan associatif et organisationnel

  • L’organisation des réunions statutaires du Bureau [souvent élargie au Comité de Contrôle et de Surveillance (CCS) et des à des personnes ressources (responsables de certains CFAR)] et des assemblées générales ;
  • La mise en place d’outils d’information et d’échanges : groupes whatsapp entre les membres du BE, entre les CFAR et partenaires
  • De plus en plus se développent quelques actions de mutualisation et d’échanges d’expériences entre les membres.

    Assemblée Générale 2020 de l’APCFAR au centre AREJ de Cinkassé à l’extrême nord du Pays

Avec l’appui du Projet SAFARI :

  • Formation des responsables des centres de formation agricole et rurale (CFAR) sur la gouvernance ;
  • Atelier de mutualisation des documents de formation continue ou modulaire mise en œuvre par les CFAR ;
  • Présentation de la plateforme de mutualisation sous-régionale et des titres professionnels en cours d’identification et échange sur les métiers pouvant faire l’objet de titre professionnel dans le secteur agricole, aux responsables des CFAR ;
  • Formation des formateurs des CFAR sur les outils et ressources pédagogiques pour l’incubation des agripreneurs.

    Atelier de formation sur la bonne gouvernance dans les CFAR et de mutualisation des documents de formation continue/modulaire : 17 CFAR dans 2 régions au sud du pays (Maritime et Plateaux).

Des échanges francs et fructueux et des partages d’expériences s’établissent entre les membres. Et plus intéressant encore, une synergie d’action se développe entre les CFAR. La plateforme whatsapp de l’APCFAR qui sert de canal de partages d’informations, de ressources pédagogiques et bonnes pour les membres, est actuellement une réalité.

Vision 2021-2025 de l’APCFAR

APCFAR, une référence sur le plan national et international, au service de ses membres, pour redynamiser la formation agricole et rurale par les innovations afin de garantir une insertion socio-professionnelle aux sortants.

Comment voyez-vous vos relations avec le réseau international ?

Au niveau de l’APCFAR, l’existence du réseau FAR est une très grande opportunité et une richesse pour l’association sur plusieurs plans :

  • la disponibilité sur le site web du réseau de ressources pédagogiques et de bonnes pratiques déjà approuvées ailleurs ;
  • le partage d’expériences entre les pays membres du réseau. Par exemple, l’expérience du Cameroun sur les projets d’établissements nous a beaucoup éclairé et a permis à l’APCFAR de prendre certaines dispositions avant le démarrage du processus ;
  • La mise à disposition de consultants pour nous appuyer dans l’élaboration de notre plan d’orientation stratégique et des projets d’établissements.

Le Réseau FAR pourrait également nous accompagner sur les besoins suivants :

  • renforcement des capacités dans l’animation des réseaux nationaux
  • appuis dans la recherche de partenaires en faveur des réseaux nationaux
  • appuis à travers les échanges et visites entre les pays membres.

Atelier de validation du plan stratégique de l’APCFAR 26/11/2020

Une chose à améliorer ?

Il nous reste encore beaucoup à faire pour :

  • développer un grand partenariat, seul moyen par lequel l’association pourrait être utiles pour ses membres et restée attrayante aux nouveaux CFAR pour y adhérer volontairement ou par sensibilisation ;
  • satisfaire les besoins des membres. Des efforts restent encore à faire en termes de mobilisation de ressources pour l’atteinte des objectifs de l’association, surtout pour la mise en œuvre de son plan d’orientation stratégique.

Association APCFAR
Mail : apcfartogo2015@gmail.com
Tel. :  (00228) 92 23 57 12  /  90 22 35 20  /  93 29 60 75

Emmanuel AZIABA, Président APCFAR
Sociologue/Ingénieur d’Agriculture, Directeur de CFAR

Véronique Dansou, animatrice APCFAR.
Agronome de formation et ancienne formatrice dans un CFAR

Leave a Reply

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...