Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Niger

Le Niger s’étend sur une superficie de 1 267 000 km² dont les trois quarts sont constitués d’un désert chaud. La population du Niger est estimée à 20 millions d’habitants et est majoritairement jeune (66 % des Nigériens ont moins de 25 ans et près de 52 % ont moins de 15 ans). Plus de 80 % de la population est rurale et occupée par les activités agricoles. Le secteur primaire représente 48,8 % de la richesse nationale.

 

Résumé

FORMATION AGRICOLE

Le dispositif de la formation agricole et rurale fait intervenir plusieurs acteurs dont :

  • le secteur public représenté par le Ministère des Enseignements Techniques Professionnels (METP), le Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage (MAGEL), le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), Ministère de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique ;
  • le secteur privé représenté par les Organisations de Producteurs (OP) et leurs faîtières, le Réseau des Chambres d’Agriculture (RECA) et ses démembrements régionaux, les Prestataires de Services Privés (PSP), les Groupes d’Intérêts Économiques (GIE).

Le dispositif de la FAR au Niger est subdivisé en quatre (4) niveaux de formation :

  • la formation supérieure diplômante, dispensée dans les Facultés d’Agronomie des Universités publiques et dans les instituts supérieurs privés;
  • la formation formelle diplômante, pour les jeunes ayant un diplôme minimum de Brevet d’Études du Premier Cycle (BEPC), qui se déroule dans les Centres de Formation Technique et Professionnelle (CFTP), les lycées agricoles (privés et publics) et l’Institut Pratique de Développement rural (IPDR de Kollo);
  • la formation professionnelle non formelle, sanctionnée par un certificat de fin de formation, pour les jeunes déscolarisés et non scolarisés vivant en milieu rural. Elle se déroule dans les Centres de Formation aux Métiers (CFM), les Sites Intégrés de Formation Agricole (SIFA), le Service National de Participation (SNP) et sur les sites de formation agricole communautaires touchant en moyenne 50 000 jeunes par an;
  • la formation continue qui concerne annuellement en moyenne 2 millions de producteurs agricoles.

La formation formelle et la formation non formelle concernent majoritairement les jeunes de 15 à 35 ans ; elles  couvrent 1,7 % de la population potentielle des jeunes à former. La formation continue  touche 13 % des actifs agricoles à former.

DIAGNOSTIC FAR

Une étude diagnostique du dispositif FAR réalisée en 2018 montre que le secteur agricole au Niger fait face à plusieurs défis à savoir  :

  1. assurer la sécurité alimentaire pour une population qui croît à un taux annuel de 3,9 % ;
  2. satisfaire les besoins alimentaires d’un cheptel qui croît à un taux de 2,9 % par an ;
  3. atténuer les effets du changement climatique pour un pays aux ¾ désertique ;
  4. augmenter le revenu des producteurs dont 63 % vivent en dessous du seuil de la pauvreté et 34 % sont extrêmement pauvres;
  5. intégrer le marché céréalier régional ;
  6. former 81,4 % d’actifs non qualifiés dans le secteur agricole ;
  7. assurer l’insertion socio professionnelle des jeunes de 15-35 ans, pour qui le taux de chômage est de 23,7 %.

 

Agriculture et politique agricole

Situation de l'emploi

Dispositif FAR

Réseau national

Ressources

Contact

 

Agriculture et politique agricole

Au Niger, les interventions politiques dans le secteur agricole ciblent certains sous-secteurs clés ; ceci dans le but de répondre aux besoins alimentaires et d’augmentation des revenus des producteurs. Il s’agit des sous-secteurs de céréales, du bétail, des oléagineux, des légumineuses, des fruits et légumes, etc. Dans chaque sous-secteur, la priorité est accordée à certaines filières. Ainsi, les céréales regroupent les filières mil, sorgho, riz ; le bétail comprend le bétail-viande, les cuirs, les peaux et le lait ; l’oignon pour le sous-secteur légumes ; le niébé pour le sous-secteur des légumineuses ; et enfin l’arachide pour le sous-secteur des oléagineux.

Filières Métiers agricoles
Les céréales Production de céréales, fabrication de produits à base de céréales (farine, pain et pâtisserie, biscuits, semoules, couscous, aliments pour animaux d’élevage) et petite restauration.
Les oléagineux Production de coton, de sésame et d’arachide, fabrication d’huiles, de produits cosmétiques.
Les fruits et légumes Production de mangue, de sésame, d’arachide, conditionnement, stockage et fabrication de produits alimentaires ou de préparations à base de fruits, ou légumes (jus, confitures, fruits séchés).
Le bétail et le lait

 

Élevage, abattage du bétail et/ou de la volaille, boucherie, charcuterie et petite restauration.

Traite du lait, fabrication du beurre, des yaourts, des fromages.

 

 

 

 

Situation de l’emploi en Niger

Sur le plan de l’emploi, le Niger a enregistrées dernières années des progrès notables au niveau de la réduction des inégalités. Cependant Le taux de pauvreté de la population de 45,41 % (Banque Mondiale, 2014) se trouve lié à la configuration du marché de l’emploi qui constitue un des défis majeurs pour le pays. Le taux de chômage global a connu une hausse, passant de 13 % en 2011 à 17 % en 2014 (ENISED, 2016). L’incidence du chômage est plus marquée chez les jeunes, avec un taux de chômage de 23,7 % pour la tranche d’âge des 15-29 ans (ECVMA, 2011).

Cette importance du sous-emploi est globalement liée à la place du secteur informel qui représente plus de 60 % du PIB et est constitué d’entreprises de petite (voire très petite) taille, dont l’artisanat. Une telle situation présente des défis majeurs en termes de faiblesse de la protection sociale, de pertes de recettes fiscales et de précarité de l’emploi.

Une autre contrainte dans le domaine de l’emploi reste la faible participation du secteur privé dans l’offre d’opportunités. Selon le document du Profil pays du Niger 2016 de la CEA, le secteur public a créé en 2014 trois fois plus d’emplois permanents que le secteur privé, soit 76 % contre 24 %. Cette situation dénote la nécessité de promouvoir les Très Petites Entreprises (TPE) et Moyennes Entreprises (PME) pour créer davantage d’emplois productifs et du travail décent pour tous.

 

Dispositif FAR

La Formation Agricole et Rurale (FAR) est dispensée à différents niveaux (paysan, cours élémentaire, moyen et supérieur) et portée par quatre (4) ministères : Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, Ministère de la Formation Professionnelle et Technique, Ministère de l’Enseignement Supérieur, Ministère de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique. Elle est aussi portée par des acteurs privés (Réseau des chambres d’agriculture, les Fédérations et Unions des producteurs, les services privés d’appui-conseil agricole, etc.). En outre, on note l’émergence des organisations paysannes faîtières (y compris le Réseau des chambres d’agriculture – RECA) proches des producteurs ruraux, qui appuient fortement ces derniers dans le renforcement des capacités et le contact avec le monde extérieur. Les projets et les ONG de développement renforcent aussi les capacités des producteurs ruraux à travers des formations thématiques, comme les champs-écoles paysans et les voyages d’études. En outre, l’Etat du Niger a créé en août 2017 le Système National de Conseil Agricole (SNCA).

 

Rénovation en cours

Le Niger a adhéré au RIFAR en tant que membre officiel suite à l’Assemblée Générale tenue en Guinée en juin 2017. A la suite de cette adhésion, le RIFAR s’est engagé à accompagner les acteurs du Niger pour mettre en place une dynamique d’organisation et de rénovation de son dispositif de formation agricole et rural. Dans ce cadre le RIFAR a apporté un soutien technique et financier au Niger en 2018 pour une étude diagnostique du dispositif de formation agricole et rurale du Niger. Un comité national de personnes ressources s’est mis en place pour assurer la coordination des activités avec le secrétariat exécutif du RIFAR représenté d’abord par Dr Moustapha Adamou (2018 -2020), puis à partir de mi 2020 par Dr Aissetou Dramé Yayé.

Formation Agricole et Rurale au Niger : une dynamique qui se construit

 

Réseau national

Une réflexion autour de la structuration d’une plateforme nationale de FAR est en cours.

 

 

 

Personne de contact

Représentants Pays pour le Réseau FAR :

Aissetou Dramé YAYE : adrameyaye@gmail.com

Maître de Conférences

 

 

Hamadou OUSSEINI : ohamadoufr@yahoo.fr

Organisation paysanne

 

 

 

 

 

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...