Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Mauritanie

 

La Mauritanie est un vaste pays constitué d’espace désertique saharien couvrant les trois quarts du pays, tandis que le dernier quart appartient au domaine sahélien. Les 30% des ruraux sont des nomades. La densité moyenne est de 3 habitants au Km2. Le taux de croissance démographique annuel est de 2,4%.

Carte d’identité

  • Superficie : 1 030 000 km²
  • Capitale politique : Nouakchott
  • Capitale économique : Nouadhibou « Zone franche »
  • Population totale : 3.333.915 habitants (Population en 2012) dont 70% vivent en milieu urbain et semi-urbain sur moins de 40% de la superficie globale du pays.
  • Taux de croissance annuel de la population : 2,4 %
  • Taux d’alphabétisation des adultes : 40 %
  • Population rurale : 30 %
  • Valeur Ajoutée de l’agriculture dans le PIB : 3,3 %

Résumé

FORMATION AGRICOLE

Les Ministères en charge de la formation agricole regroupent celui de l’Agriculture, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.

L’appareil éducatif agricole et rurale est essentiellement composé de :

  • L’ENFVA (Ecole Nationale de Formation et de Vulgarisation Agricole) qui est sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture (MA), assistée de deux centres spécialisés notamment le CFPR (Centre de Formation des Producteurs) qui s’occupe essentiellement de la formation des membres des coopératives ; le CDTA (Centre de Démonstration des Techniques Agricoles) de M’Bagne qui se base sur le transfert du savoir- faire à travers la recherche appliquée.
  • L’ISET (Institut Supérieur des Etudes Technologiques) sous tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur (MES)
  • LAG (Lycée Agricole de Boghé) dépend du Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnel (METPTIC)
  • Le Centre de Démonstration des Techniques d’Elevage de Idini (60 Km à l’Est de Nouakchott) sous tutelle du Ministère de l’Elevage.

 

Agriculture et politique agricole

Situation de l'emploi

Dispositif FAR

Réseau national

Ressources

Contact

 

Agriculture et politique agricole

Le pays, dans le cadre de sa stratégie de développement du secteur rural, a identifié les axes prioritaires d’intervention et les programmes de recherche et de développement agricoles. Parmi ceux-ci la recherche, fer de lance de cette intégration, met plus d’accent sur les produits de consommation courante, sur des questions telles que la conservation, l’utilisation et la valorisation des ressources génétiques, la gestion intégrée des ressources naturelles, les marchés, les institutions, les informations et d’énormes défis à relever, l’amélioration des moyens de subsistance dans des milieux à forte pression démographique et instables.

Pour contribuer à la croissance rapide de l’agriculture, l’accent a été mis sur la nécessité de renforcer les capacités dans la recherche et dans le développement agricoles, ainsi que l’intégration des universités et Instituts aux institutions de recherche et de vulgarisation.

Toutefois, si cette croissance se doit d’avoir un impact sur un nombre important de populations les plus démunies et la prise de mesures spécifiques élargies à cette catégorie d’exploitants agricoles aussi rapidement que possible. Une meilleure structure de gouvernance qui inclut une véritable décentralisation promouvra l’équité entre les genres et donnera la voix à ceux qui sont marginalisés dans les communautés rurales.

Enfin, de nouvelles compétences en science et en technologie en particulier en matière des biotechnologies et des TIC s’avèrent indispensables. L’ampleur des investissements nécessaires à la mise en œuvre fructueuse de cette initiative est entamée à travers la création d’un Institut Supérieur d’Études technologiques (ISET) à Rosso (Trarza), la réhabilitation de l’École de Kaédi (ENFVA) au Gorgol et le lycée agricole et le CFPR de Boghé (Brakna) ainsi que la création de deux centre de démonstration pour l’Elevage (Idini et M’bagne).

La stratégie pour le développement du secteur agropastoral, définie, tient compte des défis que l’économie mauritanienne doit affronter notamment :

  • les changements démographiques structurels, avec une urbanisation croissante, une “féminisation” des zones rurales suite aux migrations des hommes, et une évolution des besoins en matière de services d’appui adaptés tant sur le plan agricole que sur celui de la santé, de l’éducation ou de la formation ;
  • l’émergence du pétrole, dont les revenus peuvent contribuer positivement aux investissements en zone rurale et à la réduction de la pauvreté,
  • les enjeux de la mondialisation, dont les effets positifs  contribuent à faciliter l’accès au marché international ou l’importation des produits agricoles à des prix plus bas.

Le développement du secteur agropastoral reste la principale voie pour :

  • contribuer à la croissance économique ;
  • stabiliser la population en zone rurale et améliorer ses conditions de vie, notamment par l’augmentation de ses revenus ;
  • améliorer la sécurité alimentaire en augmentant et diversifiant l’offre de produits, en contribuant à réduire les importations et en augmentant les revenus des producteurs ;
  • réduire la pauvreté, notamment celles des femmes ;
  • sauvegarder le patrimoine naturel dans une perspective de développement durable, prenant en compte la rareté des ressources.

 

 

 

Situation de l’emploi en Mauritanie

Répartition du personnel selon la spécialisation

Spécialisation Effectif Part
Elevage 152 20%
Foresterie 231 31%
Agriculture 119 16%
Autres 242 33%
Total 749 100%

 

Répartition du personnel selon la qualification

Spécialisation Effectif Part
Cadres supérieurs (A) 227 30%
Techniciens (B) 227 30%
Personnel subalterne (C) 368 40%
Total 749 100%

 

Dans les délégations régionales, la part des cadres supérieurs n’est que de 11% parmi les 358 fonctionnaires. Sur cet effectif de 41 cadres au total des services extérieurs, 40 exercent en tant que délégués ou chefs de services régionaux, de sorte que les structures de proximité que sont les inspections restent très largement sous-encadrées.

Dispositif FAR

Les Ministères en charge de la formation agricole regroupent celui de l’Agriculture, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.

L’appareil éducatif agricole et rurale est essentiellement composé de :

  • L’ENFVA (Ecole Nationale de Formation et de Vulgarisation Agricole) qui est sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture (MA), assistée de deux centres spécialisés notamment le CFPR (Centre de Formation des Producteurs) qui s’occupe essentiellement de la formation des membres des coopératives ; le CDTA (Centre de Démonstration des Techniques Agricoles) de M’Bagne qui se base sur le transfert du savoir- faire à travers la recherche appliquée.
  • L’ISET (Institut Supérieur des Etudes Technologiques) sous tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur (MES)
  • LAG (Lycée Agricole de Boghé) dépend du Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnel (METPTIC)
  • Le Centre de Démonstration des Techniques d’Elevage de Idini (60 Km à l’Est de Nouakchott) sous tutelle du Ministère de l’Elevage.
Institution de formation Ministre de tutelle Type de formation Cursus Diplôme
ISET MES Diplomante 3 ans TS
ENFVA MA Diplomante et Qualifiante 2 ans BTS/BT/CAP
LAG METPTIC Diplomante et Qualifiante 1 an CAP

 

Le taux de réinsertion ces trois dernières années est de l’ordre de 10% et une priorité leur est accordé pour le financement des petites et moyennes entreprises.

Le dispositif chargé du renforcement des capacités des producteurs de l’ENFVA et de ses annexes (CFPR, CDTA) se compose de :

  • 16 cadres (Ingénieurs et docteurs)
  • 18 techniciens (Elevage Agriculture, Génie rural, Environnement et organisation)
  • 73 personnel d’appui (secrétaires, manœuvre, ouvrier, conducteurs, chauffeur, plombier et…)
  • 11 Experts étrangers (Assistance technique chinoise).

 

Rénovation en cours

Le Programme National de Développement Agricole (PNDA) 2017 – 2030 prévoit la rénovation du dispositif de formation agricole National :

  • Accompagnement au projet d’établissement : Banque Mondiale : Appui à la Formation Technique et Professionnelle (AFTP) assure la Formation des formateurs et encadrants à travers un projet « Etablissement »

 

Réseau national

Pas de réseau national existant.

 

 

 

Personne de contact

Représentants Pays pour le Réseau FAR :

Sidi Mohamed Ould DHEHBI : ouldelghassemsidi@yahoo.fr

Président Organisation nationale des agriculteurs RIM

 

 

Ahemedou MANE : ahdmane@yahoo.fr

Enseignant chercheur

 

 

 

 

 

 

 

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...