Les pays membres

Actuellement 13 pays sont membres du réseau : Algérie, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Madagascar, Mali, Maroc, Sénégal, Tchad, Togo, Tunisie.
Les représentants de ces 13 pays valident à chaque Assemblée Générale les orientations et activités de l’association.
Vous retrouvez ci-dessous une présentation succincte de leur dispositif de formation en Formation Agricole et Rurale.

Pour afficher les infos par pays, cliquez sur le pays en question et cliquez à nouveau pour le refermer.

 

Les pays membres

MINISTERES DE TUTELLE

  • Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRS)
    • 18 départements universitaires d’Agronomie
    • 2 grandes écoles (ENSA et ENMV)
  • Ministère de la Formation et de l’enseignement Professionnel
    • 100 établissements (CFPA et INSFP) assurant des formations dans les filières agricoles.
  • Ministère du développement rural et de la pêche (MADRP)
    • 13 établissements (ITMAS, CFVA, CFATSF et ENAF) ainsi que 8 établissements de formation de Pêche et d’Aquaculture (ITPA et EFTP

AXES STRATEGIQUES DE LA RENOVATION

  • Coordination avec les O. P. et renforcement de leurs capacités, pour une meilleure adéquation formations et emploi ;
  • Coordination eu concertation entre les ministères engagés dans la FAR :
  • Accompagnement et insertion des jeunes ;
  • Observatoire permanent de l’emploi agricole, et les emplois verts ;
  • Formalisation de la formation continue du personnel d’encadrement ;
  • Adaptation des formations au profil éducatif et niveaux différenciés des agriculteurs.
En savoir plus

Contacts : prochainement.

INSTITUTIONS DE FORMATION PROFESSIONNELLE

  • 43 centres de Formations post primaires fonctionnels (13 CPR, 6 CPFR, 2 Centres Songhaï, 1 ferme école, 3 MAFAR, 14 Écoles de métiers) ;
  • 10 Établissements secondaires (5 CETA, 5 Lycées agricoles) ;
  • 10 Structures de formation agricole et para agricole de l’enseignement supérieur

DISPOSITIFS DE FORMATION AGRICOLE

  • Un dispositif d’apprentissage agricole traditionnel aux mains des chefs d’exploitation agricole et par lequel le chef d’exploitation transmet généralement aux membres de sa famille, le savoir et le savoir-faire paysans ;
  • Un dispositif de formation initiale classique diplômante et/ou qualifiante ;
  • Un dispositif de formation professionnelle continue assimilée à la vulgarisation et au conseil agricoles.

AXES STRATEGIQUES DE LA RENOVATION

En ce qui concerne l’Enseignement technique et la Formation professionnelle (ETFP), le PDDSE vise à restructurer et adapter ce sous-secteur aux réalités économiques et sociales du pays au travers trois objectifs :
- Développer et diversifier l’offre de formation en tenant compte des besoins des secteurs prioritaires et des besoins du marché ;
- Améliorer la qualité et l’équité dans l’accès à la formation ;
- Améliorer la gestion et le pilotage du système de formation.
Priorités du PDDSE
- Promotion des filières industrielles et agricoles dans le secteur public où les effectifs doivent atteindre 8.000 apprenants dans les formations classiques (à titre de comparaison les effectifs dans les filières Sciences et Techniques industrielles (STI) et Sciences et Techniques agricoles (STA) au titre de l’année scolaire 2008/2009 sont respectivement de 3.089 pour STI et 2.398 pour STA) ;
- Opérationnaliser le cadre de concertation entre acteurs et partenaires du sous-secteur « ETFP » pour une bonne implication des professionnels dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des formations ;
- Diversifier l’offre de formation en adéquation avec les perspectives économiques ;
- Promotion de la scolarisation des filles dans les filières industrielles et agricoles.

En savoir plus

Contacts :
  • Marcellin Hylé AZONGNITODE hylebj(at)yahoo.fr

MINISTERES DE TUTELLE

  • Ministère de l’agriculture et de l’hydraulique ;
  • Ministère des ressources animales et halieutiques ;
  • Ministère de l’environnement, du développement durable et de la recherche scientifique.

DISPOSITIFS PRIVES

  • Confédération paysanne du Faso (CPF)
  • ONG

STRATEGIE DE RENOVATION

La multitude des acteurs de la formation mène le Burkina Faso a élaboré une Stratégie Nationale de Formation Agricole et Rurale (SNFAR), dont les axes stratégiques sont :
  • La promotion de l’éducation de base en milieu rurale ;
  • Le développement de l’EFTP dans le secteur agricole et rural tel que défini dans la le PN/EFTP et son plan d’actions ;
  • Le développement d’un système de vulgarisation et d’appui- conseil agricole sur toute l’étendue du territoire conformément aux recommandations de la PNVACA ;
  • Le développement du partenariat entre toutes les parties prenantes.

En savoir plus

Contacts :
  • Ousmane Kaboré wendpagnangde : wendkabo(at)yahoo.fr
Membre du bureau de l'association réseau FAR
Directeur de la formation agricole, ministère de l’agriculture, Ingénieur Agroéconomiste
DGFOMR/DECF/SPDECF
01 BP 4754 Ouagadougou, Burkina Faso.
(+226) 70 29 98 03
(+226) 78 17 19 88
  • Abdoulaye Yéyé : abdoulaye.yeye@giz.de
Ingénieur Conseils Formation. Coordonateur national du Projet Education et Formation Technique Professionnelle Agricole (EFTPA)/GIZ/NEPAD/PDDAA - Programme Développement de l'Agriculture (GIZ/PDA)
Bureau (+226) 50 36 09 65/25 Cell (+226) 78 82 83 72 (+226) 76 65 04 77
01 BP 1485 Ouagadougou 01- Burkina Faso
Skype: abdoulaye.yeye67


MINISTERE DE TUTELLE

- Le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural :
  • 9 école techniques d’agriculture
  • 6 écoles de formation
  • Trois collèges régionaux d’agriculture
  • 35 centres de formation des agriculteurs
  • 24 centre de formation Rurales
  • 11 centre de formation de jeunes agriculteurs
- Le Ministère de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales
  • 16 centres spécialisés (bétail, pêche et aquaculture)
- Le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle et le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille :
  • 1 Centre spécialisé dans la formation agropastorale des femmes dont 30 sont fonctionnels en 2011.
- Le Ministère de l’Enseignement Supérieur
  • 8 universités

DISPOSITIF PRIVE

- Le secteur privé :
  • Ecoles Familiales Rurales et des Ecoles Familiales d’Agriculture
  • Maisons Familiales Rurales qui ont fusionnées avec l’Union des Ecoles Familiales Rurales (14 EFR) pour former la Fédération des Ecoles Familiales Agricoles et Rurales du Cameroun. Elle est chargée de la formation par alternance des jeunes en situation post-primaire et de celle du personnel des EFR (administrateurs, directeurs et formateurs).

LA DYNAMIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA FAR

- Les axes de rénovation
  • Depuis 2007, la politique actuelle de rénovation actuelle de la formation agricole et rurale se fait à travers le programme AFOP/ C2D.
    • Principaux axes stratégiques :
      • Application d’un démarche globale, systémique et initiée à la base en vue d’une meilleure connaissance des enjeux ;
      • Définition d’un nouveau cadre institutionnel approprié et de nouveaux référentiels de métier et de formation ;
      • Autonomisation des dispositifs de formation agricole et rurale via la cogestion, la co animation des structures de formation avec
      • Reconnaissance d’un statut professionnel et rural aux producteurs agricoles ;
      • Inclusion du secteur privé et du secteur public dans l’amélioration de l’offre nationale de formation ;
      • Formation par alternance tripolaire (centre-référent professionnel-famille de l’élève) ainsi que l’aide à l’insertion et à l’installation ;
      • Prise en compte des besoins de formation ;
      • Mobilisation de cadres formés et motivés par le développement de la formation agricole et rural.

En savoir plus

Contacts :
  • Pierre Blaise Ango : angopb(at)yahoo.fr
Président de l’association réseau FAR - Coordonnateur du programme national AFOP
BP 33839 ‐ YAOUNDE
(+ 237) 22 20 36 57 ‐ (+ 237) 6 97 08 90 99


Le dispositif ivoirien de formation agricole et rurale comprend les établissements formant aux Brevet de Technicien, Brevet de Technicien Supérieur, ingénieurs agricoles et agronomes ; l’Institut National de Formation Professionnelle Agricole (INFPA) en charge de la formation des enseignants et formateurs, et les centres de formation professionnelle.
Le dispositif est sous la tutelle prioritaire du Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, et pour la formation agricole, celle du Ministère de l’Agriculture. Le pays compte des institutions de plusieurs niveaux :
  • Deux écoles régionales d’agriculture, à Abidjan et à Abengourou.
  • Quatre écoles de spécialisation s’intéressent particulièrement à l’Elevage, à la Foresterie, à la Faune et aux Aires Protégées.
  • Trois Centres d’Apprentissage et de Perfectionnement spécialisés, qui assurent des formations diplômantes et qualifiantes. Entre 1995 et 2008, ils ont formé 12 490 personnes, soit 961 individus par an.
  • Plusieurs établissements de formation privés: plus généralement, ce dispositif de formation agricole est complété par le dispositif national de formation technique et professionnel.
  • Centre des Métiers Ruraux offrant des “formations à la carte”. Entre 2005 et 2007, 855 activités de formation ont été réalisées, touchant 14 471 participants.
Un Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricole (FIRCA) assure le financement de la formation dans les secteurs de production végétale, animale et forestière, ainsi que la recherche agronomique appliquée. La réalisation des formations du FIRCA se fait par contrat de prestations de services.

En savoir plus

Contacts :
  • Michel Kissy Kraidy : konichiwakichisan(at)hotmail.fr
Secrétaire exécutif Réseau FAR Côte d'Ivoire - Secrétaire exécutif ‐ Centres des Métiers Ruraux" (CMR), Service Structuration du Milieu, Régionalisation et Partenariat
(+225) 09 65 52 22 / (+225) 01 05 04 64
  • Adama Coulibaly : katienet33(at)yahoo.fr
Président du réseau FARCI - Président d’honneur Réseau international FAR
(+225) 01 74 74 40 / (+225) 08 61 33 33 / (+225) 20 32 26 75


L’offre de formation agricole en Guinée est répartie entre :
- Le Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle de l’Emploi et du travail :
  • 4 écoles nationales d’agriculture et d’élevage,
  • 1 école nationale des Agents techniques des eaux et forêts,
  • 1 centre d’apprentissage post primaire et secondaire.
- Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique :
  • 1 Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire,
  • 1 Institut Vétérinaire.
  • Les Organisations professionnelles Agricoles faitières et les ONG dont il est difficile de caractériser ou d’estimer l’offre.
La performance du système de la FAR reste faible. En 2013-14, sur un effectif d’un peu moins de 700 000 dans l’enseignement secondaire, seuls environ 3% des candidats avaient opté pour l’Enseignement Technique et Formation Professionnelle ; avec seulement 50% d’admis.

En savoir plus

Contacts :
  • Alphaba Bayo : mralphaba(at)yahoo.fr
Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle
BP 6278 ‐ CONAKRY
(+224) 628 33 80 75 ‐ (+224) 664 32 73 45


A Madagascar, en dehors des divers projets et programmes qui dispensent des appuis techniques (formation, information, vulgarisation), des universités publiques et privées forment dans des disciplines liées à l’agriculture.
Elles sont sous diverses tutelles : Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MEETFP), Ministère de l’Agriculture, Associations, Organisations Professionnelles, ONGs nationales et Internationales, laïques ou religieuses.
Le dispositif est caractérisé par un ensemble d’acteurs, parfois de qualité, qui agissent sans coordination, répartis pour 20 % dans le cadre du secteur public, 34 % du secteur privé et confessionnel, 31 % appartenant au secteur associatif (OP, OPA, ONG) et 15 % aux programmes de développement.

Les formations offertes par les Centres de Formation Professionnelle (CFP) sont cependant de bas niveau et n’accueillent à l’heure actuelle qu’a peine 500 nouveaux entrants par an, qui pour la moitié abandonnent à l’issue de la première année. Par contre, la demande pour les Lycées Techniques et Professionnels (LTP) est plus importante avec 2700 inscrits (15% des titulaires du BEPC) mais dont moins de 40% obtiennent le baccalauréat. Mais même le nombre relativement bas des sortants ne peut pas être absorbé par le marché du travail.

En savoir plus

Contacts :
  • Francine Rosolofonirina : francilaurre(at)yahoo.fr
Directrice de la Formation Agricole et Rurale - Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural
Anosy - BP 309 - MADAGASCAR
(+261) 34 05 610 30 / (+ 261) 33 11 594 25 / (+261) 32 04 341 20
Skype : rasolofonirina.francine
  • Serge Merison : sergemerison(at)yahoo.fr
Chargé de mission - CDAM (Centre Départemental des Agriculteurs de Madagascar)
(+261) 33 02 482 06

Les dispositifs maliens de formation agricole diplômante comprennent ceux sous tutelle des départements chargés de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, de l’environnement et de l’assainissement ainsi que leurs structures déconcentrées au niveau régional et local, telles que les offices, les projets et les programmes de développement rural. Ils assurent la formation continue des producteurs et du personnel d’encadrement. Les ONG interviennent également dans le domaine de la formation.

Depuis les premières années de l’indépendance, les formations professionnelles initiales ont surtout été structurées autour des Centres d’Animation Rurale (CAR) et des Centres d’Apprentissage Agricole offrant des formations non-diplomantes. La formation des producteurs a été assurée à travers des formations modulaires qualifiantes et des programmes de vulgarisation mis en œuvre par les offices et projets de développement.
Selon une étude de l’AFD sur les nouveaux dispositifs de formation professionnelle post primaire en 2009, seuls deux établissements sur 109 offrent des formations agricoles, une offre très faible pour le premier secteur pourvoyeur d’emplois au Mali.

En savoir plus

Contacts :
  • Mamadou Lamine Coulibaly : malaminecoul(at)yahoo.fr
Représentant du réseau FAR MALI - Secrétaire exécutif de la Fédération des Organisations de Producteurs de Banane du Mali - Secrétaire général de la Coordination Nationale des Organisations Paysannes du Mali (CNOP MALI)
Kalaban coura, rue 200, porte 727, Bamako-Mali
Bur : (+223) 20 28 68 / 00cnopmali(at)yahoo.fr, www.cnop-mali.org / Port : (+223) 76 03 01 57/66 06 68 04


DISPOSITIF DE FORMATION

- 10 Instituts Techniques Agricoles Spécialisés en Agriculture (ITSA),
- 12 Instituts Techniques Agricoles (ITA) formant des techniciens et des ouvriers qualifiés
- 30 Centres de Qualification Agricole (CQA) formant des ouvriers qualifiés.
Près de 2000 lauréats par année selon le Ministère de l’agriculture.

Stratégie pour l’amélioration de l’offre de formation professionnelle agricole
- Le Plan d’action 2008-2012 pour la formation par apprentissages des jeunes ruraux :
  • La formation de 60.000 jeunes ruraux, fils et filles d’agriculteurs sur une vingtaine de métiers ;
  • La construction « 6 » et extension « 7 » de CFA ;
  • La création de deux CFA intra-entreprises ;
- Le Plan Stratégique de développement de l’Approche Par Compétences 2009-2017 :
  • (2009-2012) élargissement de l’APC à 9 établissements agricoles pilotes
  • (2012-2017) dissémination de l’expertise APC à l’ensemble des établissements.
- L’optimisation de l’offre de formation :
  • Rationalisation, l’harmonisation et l’amélioration de l’offre de formation pour tous les opérateurs de formation ;
  • Optimisation des ressources et augmentation du nombre des bénéficiaires de la formation professionnelle ;
  • Evaluation des opérations d’optimisation conduites depuis 2003 et mise à niveau juridique pour délivrer les diplômes aux lauréats.
- Le Plan d’émergence industrielle :
  • Développement des filières à fort potentiel à l’export ;
  • Restructuration des filières des denrées de base nationales ;
  • Appui ciblé en faveur des « filières intermédiaires » ;
  • Formation adaptée au secteur ;
  • Réseau d’agropoles au niveau des principales régions économiques du pays.
- La stratégie nationale de formation et de recherche agricole 2015-2020
  • Doubler les effectifs de lauréats d’ici 2020 ;
  • Diversifier l’offre de formation en adéquation avec la demande sectorielle.
En savoir plus

Contacts :
  • Jaoud Bahaji : jbahaji(at)gmail.com
Direction de l’enseignement, de la formation et de la recherche
  • Moustapha Lamrani : lamrani_mustapha(at)yahoo.fr
Direction à L’ITA de Larache
(+212) 661 814 092
Skype : lamranimustapha


Au Sénégal, différents ministères ont leurs propres institutions de formation agricole : Agriculture, Elevage, Formation Professionnelle et Artisanat, Enseignement Supérieur. A ces organismes publics s’ajoute une multitude d’acteurs privés ou associatifs, ONGs internationales et sénégalaises, réseau de Maisons Familiales Rurales, Fédération des Organisations Non Gouvernementales du Sénégal, etc…

Les organismes publics ne couvrent que 12% des écoles de formation, avec quelques centres sous tutelle du Ministère de l’Agriculture dont les plus importants sont le Centre National de Formation des Techniciens en Agriculture et Génie Rural de Ziguinchor et le Centre de Formation Professionnelle Horticole de Cambéréne ainsi que six centres d’Initiation Horticole (CIH) et des Centres Polyvalents de Formation des Producteurs (CPFP). En plus de l’Université de Thiès qui avait en son sein l’Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture (ENSA) et l’Institut Supérieur Agricole de Formation Rurale (ISFAR), d’autres universités commencent à s’investir dans la FAR (Universités de Saint-Louis, de Ziguinchor et de Dakar) au niveau de la formation continue et de la formation initiale diplômante. La formation continue est assurée pour l’essentiel par 1es centres mis en place par les organisations paysannes et les ONG, ou les formations sont ciblées sur la formation des jeunes chargés de l’encadrement du monde rural.

En savoir plus

Contacts :
  • Abdourahmane Bah : rahfaye(at)yahoo.fr
Chef du Bureau de la Formation Agricole et Rurale
BP 5940 DAKAR
(+221)776376886 (+221) 338 27 89 99
  • Souleymane Sarr : sleysarr2002(at)yahoo.fr
Chargé ingénierie de formation chez BFPA MAER Sénégal
Port : (+221) 77614 1292 (Fixe bureau) : (+221) 33 8278999
Skype : sleysarr
  • Abdou Khadre Fall : akfall(at)univ-thies.sn
Enseignant à l’université de Thiès

MINISTERES DE TUTELLE

- Ministère des Infrastructures
- Ministère de l’Agriculture
- Ministère Elevage

DISPOSITIF DE FORMATION

- Etablissements publics
  • Faculté des Sciences Vétérinaires de N’Djaména ;
  • Institut Universitaire des Sciences et Technique ;
  • Institut Universitaire des Sciences et Techniques Agricoles Sarh ;
  • École Nationale des Travaux Publics ;
  • Institut Polytechnique d’Élevage ;
  • Institut Universitaire des Sciences et Techniques Agricoles de la Tandjilé ;
  • École des Techniques Agricole de Bâ-illi ;
  • École Nationale des Techniques d’Élevage ;
  • Collège d’Enseignement Technique Agricole de Doyaba.
- Établissements Privés
  • École Supérieure des Technologies et du Développement Rural, N’Djaména et Moundou
  • École Supérieure des Techniques Agricoles et Forestières ;
  • Centre de Formation et d’Enseignement Supérieur Agricole ;
  • Centre de Formation Agro-Sylvo-Pastorale ;
  • Collège Agricole de Badjé ;
  • Collège de Bougoudane ;
  • Collège d’Enseignement Général et Technique ;
- Formation des producteurs
L’appui aux producteurs se fait principalement au travers de structures qui dépendent du Ministère de l’agriculture :
  • Office National de développement rural
  • Société de Développement du Lac pour la région du Lac
  • 32 Centres de Formation de Promotion Rurale qui sont centrés sur les formations des adultes.
  • Services techniques de l’état, ONG, Swissaid, World vision Tchad, coopi Tchad etc.
En savoir plus

Contacts :
  • Julien Mbaikagdjim : julien.mbaikagdjim(at)inadesfo.net
Cadre formateur, agroéconomiste, INADES-formation
(+235) 66 19 29 23
  • Sana Seveia Doumgo : malousana1(at)yahoo.fr>
Directeur de l'enseignement de la formation et de la Recherche vétérinaire et zootechnique Ministère du développement pastoral et des productions animales
BP 750 ‐ N’DJAMENA
(+ 235) 66 27 87 61 / (+ 235) 95 35 11 08
  • Khadidja Dambo : kadidja.dambao(at)yahoo.fr

Le dispositif togolais de FAR est composé d’une vingtaine d’établissements porteurs d’une offre de formation professionnelle agricole. Ces établissements relèvent soit du secteur public offrant des formations diplômantes (Ministères de l’Enseignement Supérieur, de l’Agriculture et de l’Enseignement Technique) pour 5 d’entre eux, soit du secteur non gouvernemental pour les autres. Ce réseau d’Etablissements d’ETFP agricoles est complété par quelques ONG à vocation de développement, avec une offre de formation non-permanente. Les établissements relevant du secteur privé sont, eux, majoritairement promoteurs de formations qualifiantes de niveau intermédiaire, essentiellement axées sur l’insertion sociale et professionnelle ou sur l’accompagnement du projet d’installation des apprenants.
Le dispositif de FAR togolais affiche des résultats annuels très en deçà des enjeux pour le pays. En dehors des activités de formation continue ciblant les actifs, on estime à environ 250 l’effectif formé annuellement dans les Centres de formation agricole et rurale.

En savoir plus

Contacts :
  • Noel Bataka : noelpatra(at)yahoo.fr
Secrétaire général, Ministère de l’Agriculture de l'élevage et de la Pêche
(+228) 9017 56 17
  • Magloire K . Agbegnido : kodjo.agbegnido(at)giz.de
PDDAA/GIZ - ATVET Cordinator
(+228) 9314 97 22 / (+228) 9014 99 70

DISPOSITIF DE FORMATION

- Une structure centrale, l’AVFA, chargée de la mise en œuvre de la politique nationale en matière de formation professionnelle
- Un organe d’appui, l’Institut National Pédagogique et de Formation Continue Agricole assurant :
  • La formation technique et pédagogique des formateurs et vulgarisateurs ;
  • L’élaboration et mise à jour des référentiels et des programmes de formation ;
  • L’assistance pédagogique aux centres.
  • 39 établissements de formation répartis sur tous les gouvernorats :
    • 8 centres sectoriels (dont 1 dans le domaine de la pêche) ;
    • 31 centres polyvalents (dont 7 dans le domaine de la pêche).
- Le réseau de vulgarisation est composé de :
  • 24 Unités de Coordination des Activités de Vulgarisation (UCVA dans les 24 CRDA) ;
  • 187 Cellules Territoriales de Vulgarisation (CTV) ;
  • 847 Centres de Rayonnement Agricoles (CRA).

RENOVATION DU DISPOSITIF NATIONAL FORMATION PROFESSIONNELLE

  • Répondre aux besoins en formation des individus, des entreprises.
  • Des RH formées et préparées pour participer à la construction de la nouvelle société.
  • Un partenariat caractérisé par une participation multi-acteurs impliquées dans la préparation des politiques de la formation professionnelle.
  • L’ancrage du principe de l’évaluation et de la redevabilité à tous les niveaux.
  • La prise en compte de la dimension régionale.
  • La pérennisation du principe de l’apprentissage tout le long de la vie.
En savoir plus

Contacts :
  • Siuod Hassine : hassine.sioud(at)iresa.agrinet.tn / sioud_hassine(at)yahoo.fr
Directeur général de l'A.V.F.A - Ministère de l'Agriculture
30 Rue Alain Savary - 1002 - Tunis - Tunisie
(+216) 71 795 463 / Port : (+216) 98 817 408 et (+216) 58 463 880